Berthomieu, Ermitage & Œnosylva
Le blog des tonnelleries et du spécialiste du chêne pour l’œnologie
Berthomieu, Ermitage & Oenosylva
Le blog des tonnelleries et du spécialiste du chêne pour l’œnologie

Origine de forêts : La Forêt des Bertranges

La chênaie séculaire des Bertranges, au nord de Nevers, sur la rive droite de la Loire, se trouve dans la région Bourgogne-Franche-Comté ; autant dire que la géographie l’a naturellement vouée au vin. L’histoire de cette forêt de haute futaie remonte au XIIe siècle et son destin est lié à celui d’une femme, Ermengarde de Narcy, qui céda la « Grande Bertrange », l’ensemble boisé dépendant de sa seigneurie, aux Bénédictins de La Charité-sur-Loire.

La forêt domaniale, nationalisée à la Révolution française, s’étend sur 14 communes et 389 parcelles, soit au total 7 500 hectares, avec 80 % de chênes et 5 % de hêtres, qui étaient autrefois dominants. Elle fournit des grumes de chêne d’une qualité exceptionnelle que l’ébénisterie et la tonnellerie se disputent chaque année lors des ventes organisées par l’ONF.

Son secret réside dans son sol, un terrain jurassique formé de « limons argileux ou argilo-siliceux du Pliocène supérieur, désignés généralement sous le nom d’argiles à silex et localement sous celui de boulaise ».

« Cette chênaie atlantique a un profil géologique proche de Tronçais et de Bercé », souligne Cyril Gilet, technicien forestier territorial de l’ONF en poste aux Bertranges depuis 1996. « C’est une forêt de chênes sessiles à 80 %, dont l’âge moyen est de 90 ans. Le sessile est un arbre à croissance lente, avec son cortège de végétation, de hêtres ou de charmes, et il a besoin d’environ 60 ans de plus que le pédonculé pour atteindre les 60 centimètres de diamètre. L’arbre le plus haut mesure ici 38 mètres, cela peut sembler limité, mais le chêne grandit avant de grossir et c’est la lenteur de sa croissance qui détermine sa qualité », ajoute ce hussard vert dévoué à « la Bertrange ». Plus une forêt est ancienne, plus son sol est riche en humus ; c’est le secret de cette chênaie que l’on peut qualifier de grand cru forestier.

En ce qui concerne l’élevage en barriques, les chênes des Bertranges confèrent aux vins des tannins subtils dans le plus grand respect de leur fruit et de leur matière. Ces caractéristiques avantageuses leur valent d’être parmi les plus recherchés de France en tonnellerie.

Ils apportent également précision et fruit (notes de fruits à noyaux, kirsh) et beaucoup de fraîcheur en milieu de bouche pour une belle tension. Cette origine de forêt prestigieuse permet de gainer les vins tout en les enrobant par un effet sucrant sans lourdeur. Finale longue, ouverte, fraîche et parfois tendue. Enfin, la prise de bois plus lente révèle les grands terroirs à condition d’avoir une belle matière à la base.

Retrouvez l’article sur les Bertranges dans l’abécédaire des grandes chênaies de France, et bien plus encore, dans l’ouvrage Le chêne en majesté, de la forêt au vin de Sylvain Charlois et Thierry Dussard, triplement récompensé par le jury des Prix de l’OIV 2021 et par le prix du « Clos de Vougeot » 2019.

 

Pascal Latgé et Guillaume Tozer – 17/11/2021

2021-11-18T10:19:17+01:00
Aller en haut